TOCQUEVILLE BIODIVERSITY ISR I

Alvaro Ruiz-Navajas

Mehdi Chaiti

5 ans

51,56 M€

ISR

A risque plus faible A risque plus élevé

Rendement potentiellement plus faible Rendement potentiellement plus élevé

1234567


PERFORMANCES

Obligation règlementaire

Cette part ayant été créée depuis moins d'un an, nous ne pouvons, réglementairement, afficher d'information sur sa performance.

Indicateurs de risque 1 an 3 ans 5 ans
Volatilité de l'OPC - - -
Volatilité de l'indice de référence - - -
Ratio de Sharpe - - -
Bêta - - -
Tracking Error - - -
Ratio d'information - -

RÉSUMÉ

Stratégie d'investissement

L'objectif de gestion du FCP est double : -chercher à offrir aux investisseurs, sur la durée de placement recommandée de 5 ans minimum, une performance liée à un portefeuille composé d'actions d'entreprises, sans contrainte géographique, sectorielle ou de capitalisation et dont une part importante de l'activité relève directement de la thématique environnementale : et -poursuivre un objectif d'investissement durable en investissant dans des actions de sociétés exerçant une activité ayant pour but de développer des technologies propres ou d'améliorer la protection de l'environnement, selon l'analyse du Délégataire de Gestion Financière.

Récompense

  • Label 10/11/2022

    Le label ISR public, créé par le Ministère des Finances en 2016, reconnait que l'OPC labellisé répond à un cahier des charges précis, audité par un tiers à la société de gestion. L'analyse extra-financière est intégrée de manière systématique et mesurable aux décisions d'investissement, pour une meilleure gestion du risque et des opportunités sur les enjeux de développement durable. Avec le label ISR, la société s'engage enfin à une gestion responsable à travers une politique d'engagement et des mesures d'impact extra-financier régulièrement communiquées.

  • OPCVM
  • FCP de droit français
  • Actions internationales
  • Global
  • 50% MSCI AC World dividendes nets réinvestis (en euro) + 50% MSCI World Small Cap dividendes net réinvestis (en euro)
  • LA BANQUE POSTALE ASSET MANAGEMENT
  • CACEIS Fund Administration
  • CACEIS Bank France

CARACTÉRISTIQUES

A risque plus faible A risque plus élevé

Rendement potentiellement
plus faible
Rendement potentiellement
plus élevé

1234567

98,10€

  • FR001400BQJ4
  • TCBSIGI FP
  • Quotidienne
  • Cours de clôture
  • 15/11/2022
  • EUR
  • Capitalisation et/ou distribution (et/ou report) avec possibilité de distribution d'acompte
  • Néant
  • Néant

Valeurs liquidatives

98,10


Les valeurs liquidatives sont nettes de frais de gestion (hors droits d'entrée et de sortie éventuels) et comprennent, le cas échéant, le réinvestissement des dividendes/coupons courus. Les valeurs liquidatives sont nettes de frais de fonctionnement et de gestion facturés aux OPCVM, dividendes/coupons nets réinvestis. Elles ne tiennent pas compte des frais éventuels de souscription-rachats et sont présentées hors fiscalité et/ou frais liés au cadre d’investissement.

CONDITIONS

  • Tous souscripteurs, plus particulièrement les personnes morales
  • 13h00
  • Contactez votre teneur de compte
  • J
  • J
  • 1 000 000 Euro(s)
  • 0 Euro(s)
  • J+2
  • Contactez votre teneur de compte
  • 1/100 000 ème de part
  • 0,80%
  • 0,80%
  • -
  • - -
  • non
  • - -
  • non
"Frais courants du DICI = frais de gestion fixes + commissions de mouvement + frais indirects".

DOCUMENTATION

Documentation réglementaire

COMPARATEUR DE PARTS

Part GP Part I Part J Part R
ISIN FR001400BQG0 FR001400BQJ4 FR001400DN12 FR001400BQH8
Dernière valeur liquidative 0,00 EUR 0,00 EUR 0,00 EUR 0,00 EUR
Commission de souscription maximum 6,00% - 6,00% 2,50%
Commission de rachat maximum - - - -
Montant minimum 1ère souscription 0 Euro(s) 1 000 000 Euro(s) 10 000 000 Euro(s) 0 Euro(s)
Montant minimum souscriptions suivantes 0 Euro(s) 0 Euro(s) 0 Euro(s) 0 Euro(s)
Souscriptions / rachats en montant oui oui oui oui
Frais de gestion fixes appliqués 0,90% 0,80% 0,35% 1,65%
Frais courants du DICI 0,90% 0,80% 0,35% 1,65%
Services - - - -
Contrats d'assurance-vie - - - -
Affectation des résultats Capitalisation et/ou distribution (et/ou report) avec possibilité de distribution d'acompte Capitalisation et/ou distribution (et/ou report) avec possibilité de distribution d'acompte Capitalisation et/ou distribution (et/ou report) avec possibilité de distribution d'acompte Capitalisation et/ou distribution (et/ou report) avec possibilité de distribution d'acompte
Devise EUR EUR EUR EUR
Date de lancement 15/11/2022 15/11/2022 15/11/2022 15/11/2022




Du fait de leur simplification, les informations contenues sur la présente page sont inévitablement partielles ou incomplètes et ne peuvent dès lors, ni avoir aucune valeur (pré)contractuelle, ni se substituer à l'exhaustivité de la documentation réglementaire accessible sur le présent site internet et que nous vous invitons à consulter.

Par ailleurs, ces informations ne sauraient constituer en aucun cas une sollicitation quelconque d'achat ou de vente d'OPC ou une recommandation personnalisée, telles que précisées dans les conditions générales d’utilisation du Site.

Nous vous rappelons que chaque OPC comporte des avantages et inconvénients qu'il convient d'apprécier au regard du profil propre de chaque investisseur et que les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Les OPC peuvent présenter un risque de perte en capital.

Si vous êtes porteur de l'OPC, nous vous informons qu'une politique de transmission des inventaires aux porteurs a été mise en place : celle-ci est disponible sur le Site à la rubrique « Mentions réglementaires ».

Les performances de l'OPC ainsi que celles de son indice de référence présentées dans la courbe ci-dessus sont rapportées en base 100.
Les performances sont exprimées nettes de frais de fonctionnement et de gestion facturés aux OPCVM, dividendes/coupons nets réinvestis. Elles ne tiennent pas compte des frais éventuels de souscription-rachats et sont présentées hors fiscalité et/ou frais liés au cadre d’investissement.
Le calcul des performances est fondé sur des valeurs liquidatives qui n'ont pas été certifiées par le commissaire aux comptes de l'OPC.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Les OPC peuvent présenter un risque de perte en capital
A noter que concernant les OPC qui font l'objet d'un mécanisme d'ajustement la valeur liquidative à la hausse ou à la baisse, les investisseurs sont informés que la volatilité de la VL du FCP peut ne pas refléter uniquement celle des titres détenus en portefeuille en raison de l'application de cet ajustement (swing pricing).
Nous vous rappelons que chaque OPC comporte des avantages et inconvénients qu'il convient d'apprécier au regard du profil propre de chaque investisseur.

Les valeurs liquidatives des OPC peuvent varier à la hausse comme à la baisse. LBPAM ne peut pas garantir que les objectifs d’investissement des OPCVM seront atteints. Les performances sont exprimées nettes de frais de fonctionnement et de gestion facturés aux OPCVM, dividendes/coupons nets réinvestis. Elles ne tiennent pas compte des frais éventuels de souscription-rachats et sont présentées hors fiscalité et/ou frais liés au cadre d’investissement.

Dans certaines circonstances de montants significatifs de rachats et de souscriptions (et afin de ne pas pénaliser les porteurs demeurant dans le FCP), la valeur liquidative fait l'objet d'un mécanisme d'ajustement (swing pricing) à la hausse ou à la baisse. Pour plus de précisions concernant ce mécanisme, il convient de se reporter à la rubrique « Règles d'évaluation et de comptabilisation des actifs » du prospectus du FCP et à la « note descriptive swing pricing » disponible sur le présent site Internet.

Le calcul des valeurs liquidatives est fondé sur des informations qui n'ont pas été certifiées par le commissaire aux comptes de l'OPC.

Méthodologie pour le calcul de l’indicateur synthétique de risque et de performance
L'indicateur synthétique de risque et de performance (SRRI) est basé principalement sur la volatilité des rendements d’un OPC (performances passées) et a pour but de fournir un indicateur simple et agrégé du risque encouru par cet OPC. Certains risques importants pour l’OPC ne sont pas pris en compte par cet indicateur : une explication sur ces risques figure dans le « document d’information clé pour l’investisseur » (« DICI »). Compte tenu des modalités de calcul (voir ci-dessous), le SRRI est susceptible d’évoluer dans le temps.
Le SRRI est déterminé à partir de la volatilité des performances hebdomadaires du fonds sur les 5 dernières années (volatilité historique). Pour les OPC ne disposant pas d’un tel historique, l’historique des rendements de l’indicateur de référence de l’OPC sera utilisé.
Dans le cas de fonds gérés avec un budget de risque prédéfini (OPC dits « Absolute Returns ») et encadrés par des limites en volatilité ou Value-at-Risk, le SRRI correspond au maximum entre la volatilité historique du fonds (calculée selon la méthode définie ci-dessus), la volatilité implicite du fonds et la limite en volatilité fixée.
Dans le cas de fonds gérés de manière flexible sur différentes classes d’actifs avec un objectif de rendement prédéfini (OPC dits « Total Returns ») et encadrés par des limites en volatilité ou Value-at-Risk, le SRRI correspond au maximum entre la volatilité historique du fonds (calculée selon la méthode définie ci-dessus), et la limite en volatilité fixée.
A noter que concernant les OPC qui font l'objet d'un mécanisme d'ajustement de la valeur liquidative (swing pricing) avec seuil de déclenchement (se reporter au prospectus - rubrique "Règles d'évaluation et de comptabilisation des actifs"), les investisseurs sont informés que l'indicateur synthétique peut être affecté par ce mécanisme dans la mesure où il est susceptible d'augmenter la volatilité de la valeur liquidative de l'OPC.
Le résultat du calcul donne un niveau de risque compris entre 1 et 7, niveau croissant selon la volatilité du fonds. Plus la note est élevée, plus le risque est important, la note la plus basse n'étant pas synonyme d'investissement sans risque. Cette note figure également dans le DICI de chaque part d'OPC. L'attribution de cette note détermine la catégorisation de risque à laquelle l'OPC appartient :

                    Echelle de risque             Intervalles de volatilités         Catégorisation de risque

                        Niveaux 1 - 2                             0 % - 2 %                                  risque faible

                        Niveaux 3 - 4                            2 % - 10 %                                risque moyen

                        Niveaux 5 - 7                           10 %et plus                                 risque élevé

"de la bonne utilisation de la calculette": Cet outil vous permet de visualiser les évolutions passées de la performance de l'OPC sur une période spécifique (par exemple sur la durée de placement recommandée) au cours de la vie de celui-ci, sans prise en compte des frais éventuels de souscription-rachats. Les informations délivrées par cet outil vous sont fournies à titre purement indicatif et ne doivent pas avoir pour objet de fonder à elles seules une décision d'investissement. Il vous est ainsi fortement recommandé de vous rapprocher de votre conseiller financier.

"Frais courants du DICI = frais de gestion fixes + commissions de mouvement + frais indirects". Le pourcentage des frais courants peut varier d'une année sur l'autre. Il peut être soit constaté à chaque date de clôture de l’exercice du fonds soit faire l'objet d'une estimation fondée sur le montant total attendu des frais à la clôture du premier exercice (exemple : à la création de l'OPC). Le DICI précise dans la rubrique "Frais" si le taux de frais courants a fait l'objet d'une estimation ou pas. Les frais courants incluent les frais de gestion fixes (c'est à dire frais de gestion internes et externes à la société de gestion), les commissions de mouvement ainsi que l'impact des frais liés aux investissements dans d'autres OPC dès lors que l'OPC est investi à plus de 20% dans d'autres OPC. Ils excluent :
- les commissions de surperformance
- Les frais d'intermédiation excepté dans le cas de frais d'entrée et/ou de sortie payés par l'OPCVM lorsqu'il achète ou vend des parts/actions d'un autre véhicule de gestion collective.
- Les frais courants figurent dans le DICI et sont mis à jour autant que de besoin et a minima dans les meilleurs délais après la date de clôture de l'OPC. Compte tenu du fait que les frais courants doivent être publiés dans les meilleurs délais, il se peut que les données sur lesquelles se fonde le calcul des frais courants n'aient pas encore fait l'objet d'une validation par le commissaire aux comptes de l'OPC. LBPAM publie ainsi des frais courants sur la base de données qu'elle estime fiables mais elle pourra, le cas échéant, procéder à une rectification si des écarts étaient constatés après validation par le commissaire aux comptes du rapport annuel de l'OPC.

Morningstar® Rating :
© 2023 Morningstar. Tous droits réservés. Les informations contenues ici : (1) appartiennent à Morningstar et/ou ses fournisseurs de contenu ; (2) ne peuvent être reproduites ou redistribuées ; et (3) ne sont pas garanties d’exactitude, d’exhaustivité ou d’actualité. Ni Morningstar, ni ses fournisseurs de contenu ne sont responsables en cas de dommages ou de pertes liés à l’utilisation de ces informations.

Morningstar® Sustainability Rating :
© 2023 Morningstar. Tous droits réservés. Les informations contenues ici : (1) appartiennent à Morningstar et/ou ses fournisseurs de contenu ; (2) ne peuvent être reproduites ou redistribuées ; et (3) ne sont pas garanties d’exactitude, d’exhaustivité ou d’actualité. Ni Morningstar, ni ses fournisseurs de contenu ne sont responsables en cas de dommages ou de pertes liés à l’utilisation de ces informations.

Publications en matière de durabilité


Article 9

I – RESUME

Vous trouverez ci-après l’ensemble des informations concernant la prise en compte, par l’OPC (ou Produit Financier), de l'objectif d’investissement durable, conformément aux dispositions du règlement délégué 2022/1288 de la Commission, complétant le règlement 2019/2088 sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (ci-après, la « Règlementation SFDR »).

Ce produit est classé article 9 au regard de la Réglementation SFDR. Cela signifie qu’il suit un objectif d’investissement durable.

Vous trouverez ci-après des informations sur l’objectif durable suivi, sur la stratégie d’investissement mise en œuvre par le Produit Financier et la proportion des actifs investis par le Produit Financer afin de mettre en œuvre cette stratégie.

Sont également présentées les méthodes et les outils utilisés par nos gérants dans la poursuite de cet objectif ainsi que l’ensemble des contrôles mis en œuvre. En effet, nous avons mis en place un outil permettant de nous assurer que les indicateurs sélectionnés sont bien cohérents avec l’objectif d’investissement durable que le fonds s’est fixé.

Dans cette perspective, l’ensemble de nos équipes s’appuient sur des analyses internes et de nombreuses sources de données externes sélectionnées parmi l’offre disponible pour leur qualité et leur pertinence.

La sélection des titres en portefeuille est complétée par une démarche d’engagement actionnarial avec les entreprises. Nos objectifs, nos principes, nos modalités d’action, nos priorités et nos attentes en termes d’engagement sont décrites publiquement dans nos politiques d’engagement et politiques de vote.

Aussi, nous vous invitons à consulter, sur notre site internet, l’annexe SFDR jointe au prospectus de votre Produit Financier, mais également notre rapport 29 LEC.

 

II – PAS DE PREJUDICE IMPORTANT POUR L’OBJECTIF D’INVESTISSEMENT DURABLE

L‘analyse et les contraintes appliquées pour s’assurer que les investissements du produit financier ne causent pas de préjudice important à aucun des objectifs d’investissement durables sont précisées à la section « Dans quelle mesure les investissements durables ne causent-ils pas de préjudice important à un objectif d’investissement durable sur le plan environnemental ou social ? » de l’annexe SFDR au prospectus.

Cette section précise également comment les indicateurs concernant les incidences négatives ont été pris en considération et comment est contrôlée la conformité des investissements durables avec les principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales et avec les principes directeurs de Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme.

 

III – OBJECTIF D’INVESTISSEMENT DURABLE DU PRODUIT FINANCIER

L’objectif d’investissement durable du produit financier est décrit à la section de l’annexe SFDR au prospectus intitulée : « Quel est l’objectif d’investissement durable de ce produit financier ? ». Cette section détaille la prise en compte de l’objectif d’investissement durable à chaque étape de l’investissement. 

 

IV – STRATEGIE D’INVESTISSEMENT

La stratégie d’investissement utilisée pour respecter l’objectif d’investissement durable figure à la section de l’annexe SFDR au prospectus intitulée : « Quelle stratégie d’investissement ce produit financier suit-il ? » se trouvant en dernière page de celui-ci. 

L’analyse des pratiques de gouvernance des sociétés est l’un des piliers de la méthodologie d’analyse ESG décrite à la section “Quel est l’objectif d’investissement durable de ce produit financier ?”. Celle-ci couvre notamment les sujets d’équilibre des pouvoirs, de rémunération équitable et d’éthique des affaires. Ainsi, les sociétés sont systématiquement notées sur leurs pratiques de gouvernance, et celles présentant des pratiques insatisfaisantes sont pénalisées lors de la sélection des titres investis par le Produit Financier.  

Par ailleurs, la Société de Gestion encourage les pratiques de bonne gouvernance à travers sa politique d’engagement et de vote, qui traite notamment des sujets d’équilibre des rémunérations, de partage de la valeur entre les cadres dirigeants et les employés ou de diversité et de parité au sein des instances dirigeantes.

 

V – PROPORTION D’INVESTISSEMENTS

L'allocation des actifs prévue par ce produit est détaillée à la section « Quelle est l’allocation des actifs et la part minimale des investissements durables ? » de l’annexe SFDR au prospectus, se trouvant en dernière page de celui-ci

Les produits dérivés utilisés par le Produit Financier ne visent pas à contribuer à l’atteinte de l’objectif d’investissement durable. Leur utilisation est limitée à des opérations de couverture ou d’exposition temporaire afin de répondre à un fort mouvement de passif, de gagner une exposition temporaire au bêta de marché ou d’accompagner un changement de stratégie. Par ailleurs, la Société de Gestion s’assure que l’utilisation des produits dérivés ne va pas à l’encontre de l’objectif d’investissement durable du Produit Financier. Notamment, la Société de Gestion n’utilise pas de dérivés dans le but d’améliorer artificiellement la performance extra-financière du produit.

Pour les investissements réalisés par le Produit Financier dans des OPC qui ne seraient pas gérés par la Société de Gestion, la Société Gestion privilégie les investissements dans des OPC qui mettent en œuvre une démarche ISR compatible avec sa propre philosophie.

 

VI – CONTROLE DE L’OBJECTIF D’INVESTISSEMENT DURABLE

Afin de veiller au respect des contraintes extra-financières fixées par le prospectus, et donc de confirmer l’atteinte de l’objectif d’investissement durable promu par ce Produit Financier, la Société de Gestion a mis en place un outil dédié au suivi des caractéristiques environnementales et sociales. 

Cet outil permet aux gérants de modéliser et suivre les contraintes associées aux caractéristiques du Produit Financier, et notamment les indicateurs définis à la section « Quels sont les indicateurs de durabilité utilisés pour mesurer la réalisation de l’objectif d’investissement durable de ce Produit Financier ? » de l’annexe SFDR au prospectus.

Cet outil permet également de paramétrer des contraintes pre-trade afin d’empêcher le passage d’un ordre qui résulterait en une violation des indicateurs mentionnés ci-dessus.

Les contraintes extra-financières font également l’objet d’un suivi pre-trade et post-trade quotidien par la Direction des Risques.

Enfin, le respect du process de gestion sur les caractéristiques extra-financières est intégré au plan de contrôle biannuel réalisé par la Direction de la Conformité et du Contrôle Interne.

 

VII – METHODES

Les méthodes appliquées pour déterminer dans quelle mesure l’objectif d’investissement durable promu par le Produit Financier sont principalement des méthodes quantitatives. En effet, la Société de Gestion a mis en place plusieurs indicateurs quantitatifs permettant de suivre la réalisation de l’objectif d’investissement durable. Le respect des attentes fixées pour chaque indicateur fait l’objet d’un contrôle en continu grâce aux outils de gestion. Les indicateurs et les objectifs associés sont précisés dans la section « Quels sont les indicateurs de durabilité utilisés pour mesurer la réalisation de l’objectif d’investissement durable de ce Produit Financier ? » de l’annexe SFDR au prospectus.

VIII – SOURCES ET TRAITEMENT DES DONNEES
  1. Sources de données utilisées pour atteindre l’objectif d’investissement durable du Produit Financier :

La Société de Gestion applique une approche multi-sources afin de garantir une meilleure couverture ainsi qu’une diversité des perspectives d’analyse. Les fournisseurs sélectionnés sont principalement les suivants : MSCI, CDC Biodiversité, Bloomberg, FactSet, Moody’s ESG, LSEG, ISS ESG et CDP.

  1. Mesures prises pour garantir la qualité des données :

La Société de Gestion procède systématiquement à une due diligence qualitative et quantitative lors de l’ajout d’un nouveau fournisseur.

Cette due diligence est complétée par des études statistiques menées périodiquement afin d’identifier les incohérences entre les indicateurs de différents fournisseurs portant sur un même sujet. Ces analyses peuvent notamment mener à la disqualification d’un indicateur jugé non pertinent, ou à la correction de biais provenant de différences méthodologiques.

  1. Modalités de traitement des données :

Les données des fournisseurs sont intégrées dans un outil de traitement de données développé par la Société de Gestion. Cet outil permet de rassembler et d’agréger les données afin de fournir un unique set de données utilisées pour piloter l’objectif d’investissement durable du Produit Financier.

  1. Proportion de données qui sont estimées :

La société de gestion n’est pas en mesure, à l’heure actuelle, d’évaluer précisément la proportion de données estimées. Cette dernière est a priori assez conséquente en raison du large spectre de thématiques couvertes par l’analyse extra-financière et dans la mesure où une part non négligeable des données transmises par les fournisseurs reposent sur des analyses qualitatives ou des proxys et que l’outil de traitement de données développé par la Société de Gestion opère un retraitement statistique des données intégrées.

La proportion de données mesurées sera amenée à croître avec l’entrée en application progressive des réglementations européennes relatives aux publications par les émetteurs de données extra-financières.

IX – LIMITES AUX METHODES ET AUX DONNEES

La diversité des investissements réalisés ne permet pas de bénéficier d'une couverture totale de toutes les valeurs en portefeuilles, notamment sur les indicateurs concernant les incidences négatives utilisés pour vérifier que les investissements du produit financier ne causent pas de préjudice important à aucun des objectifs d’investissement durable, ce d’autant que certains marchés ne sont eux-mêmes pas couverts par les fournisseurs de données. Tel est le cas notamment s’agissant des petites capitalisations, des émetteurs non européens qui ne sont pas assujettis aux mêmes contraintes réglementaires de transparence. La Société de Gestion répond à ces difficultés en diversifiant les fournisseurs de données (approche “multi sources”). La quantité de données manipulées ne permet pas un contrôle de qualité au cas par cas. La Société de Gestion privilégie donc deux approches : (i) le contrôle de la méthodologie de notation appliquée par les fournisseurs de données et (ii) un contrôle statistique sur les données dans leur globalité. Par ailleurs, l'approche “multi sources” appliquée par la Société de Gestion tend à lisser les potentielles erreurs d’appréciation individuelles des fournisseurs de données.

Ces limites ne nuisent pas à l’atteinte de l’objectif d’investissement durable dans la mesure où, pour un investissement donné, la contribution à l’objectif d’investissement durable ne peut être validée si la condition fixée par la société de gestion n’a pas pu être confirmée. Par ailleurs, l’absence de données sur certains indicateurs utilisés pour vérifier que les investissements ne causent pas de préjudice important à aucun objectif d’investissement durable est compensée par l’utilisation d’autres indicateurs sur des thématiques similaires ainsi qu’avec un contrôle des controverses affectant l’émetteur en question.

X - DILIGENCE RAISONNABLE

À partir de données externes (agences de notation, bureaux d’analyse, ONG, think tanks, etc.), nos spécialistes ISR évaluent l’importance relative des thématiques environnementales et sociales pour chaque secteur afin de définir une pondération pertinente des différents scores. L’agrégation et le retraitement des notes ESG permettant d’identifier les entreprises présentant les meilleures pratiques sont réalisés selon des modalités permettant de traiter de manière spécifique les différentes zones géographiques et tailles de sociétés.

À la suite de et en parallèle à l’analyse quantitative, les analystes et gérants mènent une analyse qualitative des émetteurs, en se basant sur des sources de recherche internes et externes reconnues et sur leur connaissance détaillée des émetteurs. Ils peuvent s’appuyer sur les avis des parties prenantes des entreprises (ONG, syndicats, institutions internationales, médias, etc.) et les données issues des rencontres avec les entreprises. Cette analyse a notamment pour but de corriger des biais ou des éventuelles erreurs provenant des fournisseurs de données.

XI - POLITIQUE D’ENGAGEMENT

La sélection des titres en portefeuille est complétée par une démarche d’engagement actionnarial avec les entreprises. Nos objectifs, nos principes, nos modalités d’action, nos priorités et nos attentes sont précisées au sein de nos politiques et rapports d’engagement et de vote, disponibles sur notre site internet La Banque Postale Asset Management | Publications (labanquepostale-am.fr). Ces documents structurant nos actions sont élaborés et actualisés tous les ans, après un bilan d’activité, sur proposition de l’équipe Solutions ISR en articulation avec l’ensemble des autres contributeurs et parties-prenantes à ces processus : gérants, analystes, juristes, fonctions commerciales, conformité. Ils sont validés par la direction générale et toute la chaine de management. 

Le dialogue que nous engageons avec les sociétés, notamment par le biais de rencontres, vise un double objectif :  

  • Mieux comprendre les politiques et pratiques des sociétés afin de renforcer les analyses financières et extra-financières menées par nos équipes ;
  • Encourager à mieux gérer les enjeux extra-financiers et à développer des pratiques responsables.

Ce dialogue est conduit selon deux modalités principales :  

  • Le dialogue en bilatéral avec le management des sociétés investies, en particulier à l’occasion des rendez-vous émetteurs ; 
  • L’engagement collaboratif, mené avec d’autres investisseurs sur un enjeu partagé. Nous adhérons à ces initiatives conjointes lorsqu’elles s’inscrivent dans le cadre de notre politique d’engagement et peuvent compléter utilement la démarche initiée au niveau bilatéral, en mutualisant des éléments de recherche, en apportant aux entreprises des signaux cohérents quant aux attentes des investisseurs responsables, et afin d’exercer une influence plus significative auprès des sociétés. 

La société de gestion peut également entreprendre des actions de dialogue ciblé, suite à des controverses sur des thématiques prioritaires pour la société de gestion. Lorsque le dialogue ne porte pas ses fruits et que les changements attendus de la part des entreprises ne sont pas au rendez-vous, la société de gestion peut utiliser des outils supplémentaires, sous forme graduelle :  

  • Envoi de courriers, le format écrit ayant souvent plus d’impact qu’un échange oral, 
  • Dégradation de la note ISR,
  • Opposition à des résolutions importantes lors de l’assemblée générale, telles que l’approbation des comptes ou l’élection du président du conseil,
  • Dépôt de résolution en assemblée générale,
  • Mise sous surveillance de l’entreprise, correspondant à l’interdiction de procéder à de nouveaux investissements,
  • Désinvestissement, lorsque l’engagement aboutit à un constat d’échec : absence d’actions correctives satisfaisantes, faible ouverture au dialogue, etc.
XII – REALISATION DE L’OBJECTIF D’INVESTISSEMENT DURABLE

Ce produit financier n’a pas défini d’indice de référence pour contrôler l’atteinte de son objectif d’investissement durable.