L’Euro à vingt ans

  • Stéphane DEO Stratégiste

Hervé et moi-même vous pressentons tous nos vœux pour cette nouvelle année. Avec un retour sur l’année 2018 qui a été singulière sur les marchés, et un agenda Européen pour 2019.

Point de marché : Une année 2018 aussi singulière que 2017, mais pour d’autres raisons…

Si l’année 2017 sur les marchés a été singulière par sa stabilité, avec une croissance des bourses quasi-ininterrompue, l’année 2018 a elle-aussi été singulière, pour d’autres raisons. Les profits du S&P 500 ont progressés de 21% sur l’année d’après les estimations de Bloomberg, grâce en grande partie aux baisses de taxes. En revanche le S&P a perdu 6% sur l’année. C’est relativement rare comme le montre le graphique ci-dessous, si les marchés peuvent baisser lorsque les profits progressent, l’ampleur de la divergence entre les deux enregistrée en 2018 est inhabituelle.

Dit autrement, les valorisations se sont très nettement ajustées pendant l’année passée et les PeR ont contribué négativement à la performance de la bourse, là aussi dans une ampleur inhabituelle. Il faut revenir à 2009-2010 (années de crise), 2003 (fin de la récession), 1994 (année du crash obligataire) ou 1973-1974 (choc pétrolier) pour trouver de telles variations.

Au début de l’année dernière il était de bon ton de souligner que les valorisations des marchés étaient excessives. Ce n’est plus le cas, l’ajustement que nous avons connu, lui, semble particulièrement marqué au vu de la conjoncture économique. C’est peut-être un signe d’espoir.

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans…

Nous fêtons en ce début d’année le vingtième anniversaire de l’Euro. Pour les romantiques rappelons qu’il s’agit donc des noces de porcelaine. Nous en profitons pour proposer un calendrier prédictif de l’année Européenne :

 

Membre du directoire de la BCE – 31 mai 2019

Quoi : le directoire de la BCE comporte 6 membres, l’un d’eux est en charge de l’économie. A l’heure actuelle c’est le belge Peter Praet qui occupe ce poste. Son mandat arrive à terme le 31 mai 2019.

Qui : l’irlandais Philip Lane, le gouverneur de la banque centrale d’Irlande, était en ligne pour le poste de vice-président qui a été raflé cette année par l’espagnol de Guindos, l’Irlande avait aussi son candidat au Conseil de Supervision qui a été attribué à l’italien Andrea Enria. Philip Lane est donc maintenant le candidat le plus probable pour remplacer Peter Praet. A noter de surcroit : l’Irlande est le seul pays membre de l’Euro dès le lancement qui n’a pas encore eu de membre au directoire de la BCE.

Quand : la décision sera probablement prise au cours du mois de février (Peter Praet avait été choisi le 14 février 2011).

 

Elections Européennes – du 23 au 26 mai

Quoi : au-delà des élections qui vont redéfinir le parlement, il s’agit aussi, en conséquence de désigner le nouveau président de la Commission.

Qui : le PPE, le groupement de partis qui détient la majorité depuis des lustres, a choisi son candidat. Il s’agit de l’Allemand Manfred Weber de la CSU. A noter, ce serait le premier président allemand de la Commission depuis Walter Hallstein en 1958-1967.

Quand : élections du 23 au 26 mai (tous les pays ne votent pas le même jour, la France vote le dimanche 26). Désignation du président de la Commission très probablement avant l’été.

 

Président de la BCE – 31 octobre 2019

Quoi : le mandat de 8 ans de Mario Draghi s’achève le 31 octobre 2019. Comme tous les membres du directoire de la BCE, il n’a pas le droit d’être reconduit.

Qui : la nomination de Luis de Guindos, ex. Ministre des Finances espagnol, comme vice-président pousse tous les analystes à attendre un homme « du nord » à la tête de la BCE. Un allemand ? Peut-être puisque l’Allemagne n’a toujours pas eu la présidence. Sauf que si Weber a la présidence de la Commission cela ferait beaucoup pour l‘Allemagne qui a aussi la présidence du Mécanisme Européen de Stabilité (Klaus Regling), de la Banque Européenne d’Investissement (Werner Hoyer), de la Cours des Comptes (Klaus-Heiner Lehne), du Conseil de résolution unique de l’Union Bancaire (Elke Konig). Par ailleurs les allemands président aussi les groupes PPE, les socialistes et les verts au Parlement (ce qui peut certes changer après les élections). Bref, cela fait un peu beaucoup. Reste à chercher ailleurs, dans ce cas on voit deux options. Soit le finlandais Erkki Liikanen, soit … un français. Après les 8 ans de Trichet, la France part certes avec un handicap. Mais l’abandon en rase campagne de la candidature du très compétent Robert Ophèle pour le poste de président du Conseil de de Supervision semble montrer que la diplomatie française y croit et a des plans plus ambitieux en tête.

Quand : le terme du mandat de Draghi est officiellement le 31 octobre 2019, il faut attendre une décision rapidement après la nomination du président de la Commission. Soit fin de l’été.

 

Membre du directoire de la BCE – 31 décembre 2019

Quoi : le mandat de Benoit Coeure arrive à terme le 31 décembre 2019.

Qui : là c’est vraiment très compliqué car cela dépend de la nationalité du président de la BCE, qui dépend de la nationalité du président de la Commission, qui dépend du résultat des élections. Bref nous verrons bien.

Quand : quatrième trimestre 2019, probablement en novembre après l’installation du nouveau président de la BCE.

Ces articles peuvent vous intéresser

Corpo

LES RÔLES DU PÔLE SOLUTIONS

il y a 1 semaine
Finance Responsable#Corpo

A GREaT Journey #3

il y a 1 mois
Réglementation#Marchés

Les enjeux de la gestion assurantielle obligataire

il y a 2 mois
Finance Responsable

Zoom sur le Label ISR public

il y a 3 mois

Choisissez
votre profil

Accédez aux informations dédiées aux Instiutionnels/particuliers :