Baisse des taux ?

  • Stéphane DEO Stratégiste

La baisse des taux décidée par la Banque Centrale d’Inde est tout sauf une anecdote : après une période de hausse des taux généralisée dans le monde, le revirement de la Fed en janvier a changé la donne, d’autre pays pourraient suivre. La Commission a révisé sans surprise ses prévisions à la baisse.

Point de marché : l’Inde baisse ses taux et c’est plus important qu’il n’y parait

La RBI, la banque centrale d’Inde, a baissé ses taux directeurs hier de 6,25% à 6,0% ; ce qui n’était pas vraiment attendu. Seulement un quart des économistes interrogés par Bloomberg attendait cette baisse.

Pour quoi est-ce important ? L’année dernière les hausses graduelles de la Fed ont conduit à la mini-crise des pays émergents durant l’été, avec beaucoup de pays qui ont monté les taux pour protéger leur devise. Nous avons compté 39 hausses de taux dans le monde sur la deuxième moitié de l’année, pour seulement deux baisses ; la RBI avait d’ailleurs monté à deux reprises en 2018, le 6 juin et le premier août.

Le changement de ton de la Fed fin janvier, et dans une moindre mesure le ton beaucoup plus prudent de Draghi, ont donc bien renversé la vapeur. Nous avions déjà noté qu’aucune banque centrale dans le monde n’avait monté ses taux directeurs en janvier, ce qui est assez rare. La tendance n’est plus à la hausse des taux, et l’Inde est probablement le signe avant-coureur d’autres baisses des taux à venir dans le monde. Parmi les pays les plus importants, la Turquie pourrait baisser ses taux sur le T2, malgré les propos récents de la banque centrale qui ne semblait pas pressée, le Brésil semble aussi avoir des marges de manouvres de plus en plus claires.

Le mouvement indien est donc loin d’être anecdotique, il marque probablement un début de changement de tendance mondial, la phase de hausse des taux de l’année dernière est révolue.

 

Prévisions en berne : la thèse du « trou d’air »

La Commission Européenne a publié ses prévisions hier, il y a trois messages à retenir.

D’une part une révision assez importante des chiffres à la baisse, la croissance 2019 est attendue à 1,3% contre une prévision de 1,7% il y a 3 mois. Toutefois, ce n’est pas vraiment une surprise, les prévisions de LBPAM sont à 1,2% depuis le début de l’année. Comme on le voit sur le tableau ci-dessous la révision provient essentiellement de l’Allemagne et de l’Italie.

Deuxième point, avec des chiffres aussi bas et un ralentissement aussi marqué par rapport à 2018, les questions sur une potentielle récession vont devenir inévitables. Il est important de souligner qu’une grande partie des révisions provient d’effets de base et en particulier de données faibles sur la fin 2018. La croissance trimestrielle sur 2019 reste correcte, 0,4% en moyenne pour la Zone Euro. L’Italie est même en ré-accélération (modeste certes !) sur l’année. Ces chiffres nous paraissent légèrement optimistes, mais le message central reste : il nous semble qu’il serait erroné de s’attendre à une décélération continue dur 2019.

C’est la thèse du trou d’air de fin 2018, une récession en Zone Euro nous semble être très peu probable en 2019.

Finalement, comme le montraient les chiffres de PMI, la divergence de performance entre les pays s’accroit : on avait 1,5 ppt d’écart entre l’Italie et l’Espagne l’année dernière, on a 1,9 ppt cette année. Même chose en termes de ralentissement, si l’Italie et les Pays Bas perdent 0,8 ppt de croissance, la France n’en perd que 0,2. Un exemple de plus que la reprise mondiale synchronisée ne l’est plus vraiment.

Le POTUS parle beaucoup d’immigration dans le SOTU

Le POTUS (President Of The United States) a prononcé son SOTU (State Of The Union) cette semaine. Le site d’analyse politique “USA Facts” a compté le nombre de mention du mot “immigration” par 10 000 mots prononcés. Le graphique ci-dessous confirme que le SOTU était bien à teneur politique et surtout politique intérieure, alors que les propositions économiques étaient le parent pauvre de l’intervention.

Ces articles peuvent vous intéresser

Choisissez
votre profil

Accédez aux informations dédiées aux Instiutionnels/particuliers :