European Responsible Infrastructure, nouveau fonds de dettes accompagnateur des infrastructures digitales

  • Barthelemy Dognin Gérant Dette Infrastructure

L’équipe Actifs Réels et Privés qui gère 16 portefeuilles, totalise 7 Md€ d’engagements d’investisseurs institutionnels à fin décembre 2020 et accompagne la transformation digitale en Europe depuis 2016. Les gérants de dette Corporate ont ainsi soutenu les équipementiers et installateurs de fibre en France avec près de 40M€ d’investissements. Et 170M€ de financement d’infrastructure de réseaux de fibre optique ou de tours télécoms ont également été réalisés par les gérants de dette Infrastructure.

« La crise sanitaire place les infrastructures digitales au centre des préoccupations de chacun » rappelle Barthélémy Dognin, gérant dette Infrastructure de l’équipe Actifs Réels et Privés. Accélérateur de compétitivité pour les entreprises, le développement des infrastructures digitales représente également un enjeu majeur pour l’égalité d’accès aux technologies et la souplesse des modes de travail (notamment le télétravail). C’est aussi un thème stratégique de politique publique, comme en témoignent le Plan France Très Haut Débit et le plan France Relance, en mettant l’accent sur le développement et l’attractivité des territoires.

Le fonds European Responsible Infrastructure (ERI) offre un exemple de l’engagement de LBP AM pour le développement des territoires grâce à des financements en fibre optique en France et en Allemagne. Ce fonds de dette Infrastructure de plus de 600 M€ d’engagements et en cours de déploiement soutient à ce jour près de 7 000 emplois directs, indirects et induits par an qui génèrent environ 324M€ de PIB[1] dans ce secteur.

L’enjeu environnemental reste un défi pour les infrastructures digitales. Cette question est au cœur des débats français et européens. Plusieurs rapports du gouvernement français[2], de l’ARCEP[3] ou du Haut Conseil pour le Climat[4] salue le rôle futur du numérique dans la transition écologique tout en soulignant la nécessité que l’accroissement des usages numériques ne fasse pas augmenter davantage les émissions de gaz à effet de serre (GES). L’Union Européenne fait de la durabilité des infrastructures digitales un des piliers du Digital Compass for 2030. La réduction de la consommation d’énergie, tant pour la fabrication que l’utilisation des infrastructures et terminaux numériques font dorénavant partie des réflexions des équipementiers télécoms.

« Nous réfléchissons à la trajectoire 2 degrés pour tous nos investissements à chaque étape de la construction de nos portefeuilles, y compris pour lesinfrastructures digitales » ajoute le gérant. Afin d’intégrer cette exigence, l’équipe bénéficie de l’outil CIARA, développé par Carbone 4, le premier cabinet de conseil spécialisé dans la stratégie bas carbone et l’adaptation au changement climatique, avec le soutien de LBP AM. Cet outil particulièrement innovant centralise les données spécifiques à l’analyse climatique des infrastructures digitales notamment. Il permet en effet de comparer par exemple l’impact carbone sur le long terme de chacun des investissements à un scénario de réduction d’émission de GES respectant les objectifs de l’Accord de Paris.

Désormais, la création de valeur passe nécessairement par la performance climatique et la réduction de l'exposition aux risques climatiques. Cette thématique est au cœur de la stratégie du fonds de dette European Responsible Infrastructure et de tous les portefeuilles de l’équipe actifs réels et privés.

***

[1] Sur la durée de vie moyenne des financements. Estimation réalisé selon une méthodologie du cabinet EY.

[2] Feuille de route sur l’environnement et le numérique - 50 mesures pour un agenda national et européen sur un numérique responsable c’est-à-dire sobre et au service de la transition écologique et solidaire et des objectifs de développement durable, Rapport remis à la ministre de la Transition écologique et solidaire et au secrétaire d’État chargé du Numérique, juillet 2020.

[3] Pour un Numérique Soutenable, Rapport de l’ARCEP, 15 Décembre 2020

[4] Maîtriser l’impact carbone de la 5G, Rapport du Haut Conseil pour le Climat, Décembre 2020